Quiberon Air Club

Les news

Tous les grands voyages commencent par un petit pas ... et les moins grands n'y font pas exception.Objectif BelvesL'édition 2018 de notre voyage dans le Périgord a fait partie de ceux-ci, et même si maintenant la route qui y mène semble à beaucoup d'entre nous un chemin familier, la météo et les machines la transforment parfois en chemin de traverse.

Le premier à en avoir fait les frais est certainement l'orchestrateur de la virée cette année: Corentin.
En effet, à force de faire régulièrement l'éloge de la destination, de plus en plus de membres se sont inscrits, 17 cette année pour venir partager un foie gras entre amis.

C'est donc pour 17 personnes que les réservations ont été faites au domaine de la Bessède , et ce fut certainement la partie la plus facile à réaliser puisque Philippe et Gigi sont maintenant habitués à nous recevoir l'avant dernier week-end de Septembre.
Mais pour une telle troupe, il a fallu également louer un véhicule (à Bergerac), réserver des restaurants, trouver des avions supplémentaires. Et, terrain à accès restreint oblige, obtenir de la DGAC le sésame permettant aux avions et pilotes de se poser la bas.

Tout cela, Corentin l'a fait, le plus difficile ayant été certainement de trouver des avions, puisque, outre un nombre importants de participants, notre DA40 nous avait fait la mauvaise blague d'arriver en bout de potentiel moteur, et notre DA20 EQ était en maintenance à Vannes.
Grâce à un DR400 de location nous avons quand même pu compléter la flotte pour nous rendre tous à Belvès.

Les départs, fixés au Vendredi 21 Septembre, s'étageaient de la fin de matinée jusqu'à la fin d'après midi, afin de permettre à ceux qui travaillaient de rejoindre la troupe sur place, sans perdre la première soirée gastronomique.
Ceux partant le matin avaient tous prévu une escale sur la route pour manger le Midi. Escale à RoyanMais la météo a ses caprices que le pilote VFR se doit de gérer, et après un été avec une météo exceptionnelle, la première dépression de l'automne voulait s'inviter elle aussi à ce week end.
Ils se sont donc retrouvés bloqués à Royan, attendant que les stratus qui avaient envahi l'est de la région ne disparaissent. Et, la faiblesse des vents aidant, ils ont attendu jusqu'à 18 h00 avant de pouvoir reprendre l'air en direction de leur destination.
C'est ainsi que ceux partis de Quiberon et Vannes vers 17h00 ont eu la surprise d'entendre des voix familières sur la fréquence du SIV de Bordeaux. EQ en premier étant allé tâter le terrain, nous avons ainsi pu nous rejoindre à Belvès malgré quelques stratus isolés qui s'attardaient sur certaines crêtes.

Tout le monde arrivant du coup à la même heure à destination.

La soirée a donc pu démarrer à une heure presque normale par la maintenant irremplaçable escale au Restaurant de L'Abbaye à Cadouin, ou nous avions une table de réservée. Après un long voyage, ce fut un réconfort bien mérité autour d'un diner gastronomique.

Une bonne nuit par la dessus, et nous étions prèts à attaquer la journée du Samedi. Au programme, décollage en fin de matinée, et direction Aurillac, un vol de moins de 40 minutes avec un magnifique décor, la remontée de la vallée de la Dordogne !

Nous avions réservé au Bar de l'Aéroclub du Cantal, Il y a là une brasserie qui mérite le détour, avec des produits locaux, fromages et viandes de race Salers.

Hélas, au matin, un ciel bas et lourd nous attendait - Un ciel si bas qu'un canard se serait pendu :) - et une absence de vent chronique laissait peu d'espoir de dégagement.
Nous avons malgré tout attendu, attendu, attendu ...

Et à 13h30, la mort dans l’âme, nous avons du annuler.

Et facétieuse, la météo a décidé alors de nous faire apparaitre un soleil radieux, les nuages disparaissant dans les minutes qui ont suivi notre renoncement.

Qu'à cela ne tienneEn remontant la Dordogne, Corentin, toujours sur le coup, a réussi malgré l'heure tardive à nous trouver une place à proximité, à l'Auberge de la petite Reine. Nous avons donc grignotté quelques petites choses de là bas (salades perigourdines, patés de canard -celui qui s'était pendu ...), et le temps s'établissant décidément au plus beau, décidé de nous activer quand même.

Certains se sont lancés dans la remontée de la vallée de la Dordogne initialement prévue, avec quelques belles photos à la clef.

Un équipage, attiré par la proximité relative des Pyrénées (à peine une heure à tire d'ailes), est allé par là bas vérifier que le soleil y brillait aussi.

Tout cela nous permettant de nous retrouver le soir autour d'un bon repas préparé par Gigi et Philippe (pour les magrets au Barbecue).

Ambiance et satiété assurées !

Le lendemain matin, et le retour prévu doit être envisagé : temps plutôt dégagé sur Belvès, pilotes en grande forme, petit déjeuner, puis point météo ...

Et là, mauvaise surprise (à vrai dire nous avions quand même quelques doutes la veille), mais un front est en train d'arriver, et en fait le temps magnifique qui nous surplombe s'arrète entre Bergerac et Bordeaux.

Quiberon est sous un temps de Novembre, avec vents, puie et nuages à tous les étages.Piscine

Toutes les prévisions aboutissent à la même conclusion, pas de passage possible, ni par le Nord, ni par le Sud, et la vitesse de déplacement de la perturbation ne laisse pas espérer de mieux avant le lendemain matin. Nous prenons donc la décision de prolonger notre séjour, et la validons par un long bain dans la piscine. C'est dur d'être pilote !

L'après midi, certains, lassés par les caprices du ciel, ont décidé d'aller au fond des choses, et donc ont été visiter la grotte de Lascaux (ils avaient hésité avec le gouffre de Padirac).

D'autres font les pleins des avions grâce aux jerricans gentiment remplis par leurs collègues à une pompe locale (Merci Jacques pour cette partie de la logistique).

Mais le lendemain, c'est Lundi, et certains d'entre nous travaillent dès 9h00 ce jour là.

Donc dès l'aube, certains se sont levés, ont pris un petit déjeuner rapide, et sont partis direction Vannes pour être au plus tôt au travail. Et ils y sont arrivés !!

Pour les autres, décollage vers 11 h00, et là, ciel bleu agrémenté de quelques petits cumulus de beau temps, bref juste ce qu'il faut pour donner du relief à un ciel qui aurait pu être trop bleu.

Retour à Quiberon avec quelques petites leçons à tirer de tout ça :

  • Bien choisir sa destination finale: C'est plus agréable de rester coincé près d'une piscine que dans un motel de zone industrielle, et rentrer plus tôt n'aurait au final arrangé personne.
  • Ne jamais hésiter à remettre ses plans en question: Dans un rayon d'une heure autour de vous, avec un avion, il y a plein de beaux paysages à voir en France.
  • Enfin prévoir un peu de battement avant, et après le voyage prévu: Sinon ça risque de finir en rapatriement via l'assurance FFA.

Et une conclusion, rien ne vaut une bonne équipe pour faire un beau voyage de club !

Merci à tous pour votre présence et votre bonne humeur

Accueil News Objectif Belvès 2018